Suis-je vraiment une salope infidèle ?

RoseOn pourrait se poser la question.
Je me la suis posée.
Si vous suivez mon histoire depuis le début, vous avez compris à demi-mots que je n’étais pas vraiment un « cœur à prendre ».
Bref. Je suis mariée. ll l’est aussi. On est tous les deux des infidèles.
Je suis une maman. C’est un papa.
On aura tous les deux à rendre des comptes… Un jour…
Je ne me fais pas d’illusion.

Que dire de mon couple ?
4 ans de mariage à notre compteur, et pourtant, nous ne sommes pas vraiment de « jeunes mariés ».
Cela fait maintenant 11 ans qu’on se pratique.
Parfois intensivement.
Parfois en coup de vent.
Et il faut bien dire que, l’année 2014 n’aura pas vraiment été notre meilleur cru.
Deux adorables bébés, deux carrières passionnantes, de nouveaux hobby’s…
Après de nombreuses années passées presque l’un sur l’autre, que reste-t-il de nous ?
Du Nous avec un grand « N » qui échafaudait mille et un plan plans pour ne jamais avoir à se quitter…
Du Nous qui a supporté presque un an de mini séjours et de longs trajets en train…
Du Nous qui a passé des mois à concevoir une liste de naissance parfaites pour « être prêts »…

Certes,
On est resté Toi et Moi.
Et bien sûr que j’étais fière de ton succès !
Et bien sûr que tu as admiré la manière dont je me suis occupée de notre progéniture !
On est pas de ceux qui font voler la vaisselle ou qui hurlent au scandale.
Mais petit à petit, les instants privilégiés se sont fait un peu plus rares..
Ça arrive !
On a fait l’erreur de croire que c’était pas grave et que le temps tasserait tout.
On se pratique. On se connaît. On s’aime.
Et pourtant.
Les jours sont devenus des semaines et les mois ont finis par être trop longs, eux aussi.

Un jour, j’ai oublié que je t’aimais.
Pourquoi ?
Par ennui, sûrement, par vengeance, un peu.
Par peur peut-être ?

L’espace d’un moment, j’avoue,
J’ai aimé avoir 16 ans de nouveau.
Oublier que j’étais une maman avec la responsabilité de deux amours sur les épaules.
Apprécié être à nouveau au centre de l’attention de quelqu’un, avant le boulot, avant les petits, même si c’était un cruel mensonge.
Une vision à court terme de ce qui pouvait me sauver d’une situation où je m’enlisais…
J’ai oublié qu’on jouait en équipe… Je n’ai pensé qu’à moi.

Retour à la réalité

And it’s hard to hold a candle
In the cold November rain
(November Rain, Guns N’roses)

Ce qui ne devait être qu’un petit jeu divertissant est devenu une grosse bêtise.
Il est temps d’arrêter les frais.
Paradoxalement…
Je n’ai jamais cessé de t’aimer…
Je pourrais la jouer cliché en disant qu’on est des âmes sœurs mais ça n’a jamais été un cliché pour nous. Juste une évidence.
Il m’a manqué, à un moment très précis, dans un lieu très précis, un peu de volonté.
La volonté de dire non à un plaisir facile et immédiat.
De résister à la flatterie.
De tourner les talons, de lui rire au nez et de m’en aller.
J’ai tellement de mal à me pardonner ce moment-là.
Si seulement, j’avais mis autant d’énergie dans notre couple que j’en ai mis dans cette histoire de pacotille…
Encore un « si seulement ».
Tu n’aurais pas eu à te demander pourquoi j’étais si souvent ailleurs, perdue dans mes pensées, triste parfois souvent.
J’enrage de t’avoir rendu malheureux pour un mec qui ne t’arrive ni à la cheville, ni au talon.
Alors pourquoi ?
Parce que j’avais déjà tout…
J’ai voulu faire du neuf… Faire moi-même peau neuve.
Il semblait tellement correspondre à tout ce que je voulais.
Plus de compromis, plus de discussion, plus de « quotidien ».
Sotte que j’étais.
Je voulais à nouveau sentir cette passion, ce feu…
Je voulais que ma vie soit un incendie permanent
L’incendie, sinon rien (mon mantra, ma devise)
Pourquoi voulait-il, lui, me réduire en cendres ?

Empêche-moi de m’éteindre, je t’empêcherai de te brûler, pour rien, aux feux des pilleurs d’épaves.
Mon amour – 18 décembre 2010 (Wedding day)


On a failli tous les deux…
On a failli tous les deux, mon amour.
Et moi, LARGEMENT plus que toi…
Cependant, la flamme est toujours sous le charbon et il suffirait d’un rien pour en faire un nouveau brasier.
J’ai vu comment les autres peuvent « aimer ».
Je n’en veux pas.
J’aime la façon dont tu m’aimes, TOI.
Aurait-il fallu que je connaisse la déception amoureuse, le mépris, l’indifférence et l’irrespect de l’autre pour me rendre compte à quel point je suis au centre de ta vie ?
A quel point tu peux m’aimer ?
A quel point je t’aime ?

Je ne suis pas une infidèle.
Je n’ai pris aucun plaisir à te mentir.
Je ne voulais pas d’un « autre que toi » dans ma vie.
Je ne voulais pas me sentir triste ou malheureuse.
J’ai suivi le flux comme un bouchon dans un ruisseau.
Très vite, j’ai déchanté.
Malheureusement, j’ai préféré me dire que cette mascarade était une belle histoire.
Simplement pour ne pas avoir risqué de te perdre pour rien, pour cette farce.
Bien sûr, tu aurais à me blâmer, tu aurais le droit d’être en colère.
Bien sûr.
Je ne peux pas changer le passé. Effacer le premier pas.
Mais je ferais TOUT pour m’amender.
TOUT pour me faire pardonner.

Il ne m’est rien.
Tu es mon tout.
Je vais l’oublier.
Je VEUX te garder.
Demande, et plus jamais, je ne le verrai.
Tu es ma vie, je la fais avec toi.
Il n’est véritablement personne pour moi.
Tu es le père de mes enfants, mon mari, mon meilleur ami.

Je ne suis pas une salope… J’ai juste été une parfaite IDIOTE.

L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.
L’amour ne passera jamais.

Un jour, je l’espère, on rira de cette mésaventure.
Oui, on en rira.
L’incendie, avec toi.
Pour toujours et à jamais…

Capture d’écran 2015-06-10 à 23.02.28
Pour le meilleur et pour le pire

PS : L’histoire continue ! Cet article est une suite de celui-ci : https://callmeseraphine.wordpress.com/2015/06/10/premiers-contacts/

Publicités

Une réflexion sur “Suis-je vraiment une salope infidèle ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s