J-1

RoseVoilà, on y est.
Demain, ça sera la dernière fois que je verrai ce gars.
Je tirerai un trait sur une année de non-relation.
Je ne suis pas triste.
Je sais que j’agis pour mon bien.
La seule chose qu’il me reste à accepter c’est le fait qu’aucune saine discussion, aucune explication, aucun point final ne viendra ponctuer cette histoire. Je vais m’en aller. Tout simplement. Comme si rien de tout cela n’avait jamais existé.

J’insiste mais j’y tiens à ce mot, « non-relation »… en effet :

  • Il n’y avait pas d’échanges entre nous : je donnais et il prenait,
  • Il n’existait de complicité entre nous que parce que, lui, m’a un jour écrit qu’il y en avait une… Mais elle n’existait pas,
  • Il n’y avait pas d’égalité entre nous, deux poids, deux mesures, après tout, je n’étais qu’un objet de contentement narcissique pour lui,
  • Les confidences qu’il faisait étaient non seulement des mensonges mais, en plus, des mensonges orientés pour inspirer ma compassion (maladie, fatigue d’origine inconnue, mère luttant contre le cancer, harcèlement d’ex, une certaine paranoïa, maltraitance paternelle, …)
Capture d’écran 2015-06-10 à 18.08.42
Tu m’étonnes…

Ce n’est pas une rupture non plus.
Je sors juste de sa sphère d’influence (ou d’emprise, c’est selon).
Les rêves que j’ai pu avoir, je les ai eu pour quelqu’un d’autre.
Pas pour ce gars bouffi d’orgueil, faible, incapable de se tenir à un horaire ou à un effort (régime, régularité sportive,…), cet être sans passion, sans centre d’intérêt, sans intelligence et sans conversation que je verrai demain.
Non.
Même si je dois avouer que le fantasme qu’il m’a créé était, lui, pour le coup, très séduisant.

N’ayez pas de peine pour moi, lectrices (lecteurs?).
J’ai fait mon deuil de ce prince rêvé il y a des mois, déjà.
C’est pour ça que je me sens d’en parler sans avoir le cœur trop serré.
Je suis bien entourée.
Je reste avec les gens que j’aime (et celui que j’Aime).
Je dirais bien que j’aime « pour de vrai » mais je vous paraîtrais trop sentimentale… 😉
Mes amis sont fidèles et bienveillants.
Je n’ai jamais eu à me battre seule contre ce malade. Faute de quoi, il m’aurait mangée toute crue.

La seule et unique chose, je vous le disais, qui m’enrage est de devoir le laisser partir.
Pas que sa présence va me manquer.
Non.
Parce qu’une fois libérée de la dépendance affective qu’il avait su instaurer, je ne lui trouve aucune qualité.
Ses seuls sujets de conversation se résument à casser du sucre sur les gens qu’il côtoie ou à s’inventer une ancienne vie de mannequin professionnel, polytechnicien, sauveur humanitaire, bon samaritain, tombeur de nanas.
Heureusement que l’écran de fumée était épais parce qu’il y avait vraiment de quoi lui rire au nez.
Mais que ce « crime reste impuni », cela me révolte…

Indifférence
La seule vraie solution : L’indifférence !

Vendetta ! Une idée à abandonner…
Pourtant, à travers certains discussions avec d’autres personnes dans le même cas que moi et quelques ressources phares, je suis maintenant entièrement persuadée que cette vengeance ne SERVIRAIT à RIEN.

Pourquoi ?

  • Parce que je sais, par expérience, que ça ne mène à rien…
    Ben oui… J’ai – tout à fait par hasard – pu expérimenter la chose déjà une fois.
    J’étais moins informée lors de ma première rupture avec lui et, après discussion avec une ancienne de ses maîtresses (oui, son cours de sport lui sert un peu de « vivier », c’est vraiment quelqu’un d’élégant), j’ai innocemment posté sur mon mur un article concernant la perversion narcissique.
    KABOOM !
    Primo, j’ai pu voir que, même supprimé/bloqué, il avait quand-même trouvé le moyen de me stalker. Et ce, même si il semblait indifférent à la rupture !
    Deuzio, tout y est passé : insultes, menaces, harcèlement smstique, tentatives de contacter mon mari, intimidation au sujet de photos (oui, un peu comme si il avait constitué un dossier sur moi, à me ressortir si jamais je faisais un pas de travers… C’est effrayant), pression lors des cours, regards mauvais, … TOUT
    ALORS QUE non seulement il s’était déjà plaint devant moi que son « ex » avait eu le même comportement vis à vis de lui, la qualifiant même d’être immature et pathétique mais qu’en plus ALLO ?! Il était également marié donc tout aussi fautif et attaquable que moi.
    BREF pour un article sur facebook (anonyme, qui plus est), cet espèce de malade mental était prêt à ruiner mon couple, ma famille et brûler ma maison.
    WTF ?
    Tersio, il ne comprend rien à rien. Autant parler à un mur. J’ai réellement eu l’impression qu’il avait déjà une réalité parallèle à lui bien ancrée dans sa tête. C’est un peu comme si, quand la réalité ne lui plaisait pas, il inventait une histoire alternative. Ça dépasse la mauvaise foi. C’est comme s’il était auto-programmé pour rester blanc comme neige.
  • Parce que je devrais arrêter de l’humaniser
    Ce gars n’est pas JUSTE un connard.
    Ce gars est un MALADE MENTAL.
    Il ne pense pas comme moi, ne fonctionne pas comme moi, ne ressent pas comme moi.
    Il ne prendra pas conscience du mal qu’il peut faire et ne se mettra pas à ma place.
    Ce gars n’est que du vide.
    Un bel emballage creux.
    J’ai eu tort d’y voir autre chose. De penser qu’il y avait en lui un petit garçon à consoler, un homme à aider, une seconde chance à donner.
    Il est inhumain, il est RÉELLEMENT et FONCIÈREMENT mauvais.
    Et oui, c’est tellement difficile pour moi à concevoir que je dois le mettre en majuscule…
  • Mauvaise attention = attention quand-même
    Pour lui, toute attention est bonne à prendre.
    Ais-je vraiment envie de lui donner cette satisfaction ?
    Mmmmh… NON !
  • S’aimer assez pour se protéger…
    Est ce qu’on en a pas assez souffert de cette non-relation ?
    Est ce qu’on ne peut pas s’imaginer s’aimer un petit peu soi-même et stopper ce cercle masochiste ?
    Bien sûr, la culpabilité et la honte sont des freins à tout cela.
    Il faudrait pouvoir se dire qu’on a le droit de faire des erreurs.
    On est les victimes de cette histoire.
    On a pas à « porter ce fardeau », pour reprendre les mots de mes excellentes conseillères.
    Il est temps de laisser couler…
    De se recentrer sur soi-même…
    L’erreur était humaine mais persévérer serait diabolique.

A ce sujet, je vous conseille de lire ceci : https://leperversnarcissique.wordpress.com/2015/04/09/pourquoi-confronter-un-pervers-narcissique-nest-jamais-la-bonne-solution/

Publicités

4 réflexions sur “J-1

  1. J’aime beaucoup ta citation « L’indifférence est un ‘va te faire foutre’ en tenue de soirée » car c’est totalement vrai !

    Il faut mettre un bon coup de pied là où je pense au pervers narcissique, il n’en vaut pas la peine. Pendant qu’il perd la victime dans un dédale de perversion, le véritable amour attend quelque part ailleurs.

    Comme dit le proverbe : « Trompe-moi une fois, honte à toi. Trompe-moi deux fois, honte à moi ». Sérieusement, retourner avec un pervers narcissique est le pire choix qui soit. Remonter la pente et retrouver l’estime de soi est beaucoup plus difficile une fois qu’on a vu et qu’on accepte de demeurer dans l’abus. La situation ne changera pas. Au contraire, elle sera pire par punition.

    Aimé par 1 personne

  2. « Je n’ai jamais eu à me battre seule contre ce malade. Faute de quoi, il m’aurait mangée toute crue. »
    Tu as surtout eu de la chance que ça dure seulement un an. Quand c’est plus long ils s’appliquent à faire le vide autour de toi, à t’éloigner de tes amis et de ta famille, à t’isoler pour mieux te posséder…

    J'aime

    • J’ai lu des témoignages très poignants sur des périodes très courtes de relation et, à l’inverse, des filles qui relevaient « rapidement » la tête après des années de relation…

      Je me demande si il ne faut pas également prendre en compte l’intensité de la relation, le recul qui est plus facile à prendre chez l’une ou l’autre, le caractère plus ou moins malléable de la personnalité,…

      Je pense que la longueur de la relation est certes un élément important MAIS qu’il y a une kyrielle de raisons aggravantes satellites autour.
      A méditer !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s