Le jour d’après

BleuOn voudrait toujours que les « grands jours » de notre vie soient des jours qui sortent de l’ordinaire.
Qu’ils restent gravés dans nos mémoires.
Qu’ils soient « spéciaux ».
J’avais anticipé l’établissement de ce « No contact » comme une apothéose à cette histoire.
Je voulais que les choses soient « bien faites » pour ne rien regretter, pour mettre un point final à tout cela.
Évidemment… Même se faire quitter, il ne sait pas le faire correctement.

Les évènements d’avant dernier cours
Je pense que, la semaine dernière, il a du se méprendre sur mon sourire.
Il a du penser que je m’étais adoucie et il a donc décidé de se ré-abonner à mon compte Instagram.
Comme ça, sans crier gare, sans rétablir le contact au préalable.
Ayant posé des limites claires la dernière fois qu’il a essayé de renouer, je pense qu’il a été quelque peu déstabilisé de ce rejet. Pas touché… Non… Pas ému, ni blessé… Simplement désarçonné.
Hey nan, tu n’as pas le privilège des mauvaises surprises
Il a donc tenté une alternative dans laquelle il ne se mouillait pas beaucoup. Mon compte étant public. Il resserrait sa prise en douceur…

Capture d’écran 2015-06-19 à 16.09.44
L’art de la diplomatie selon Séraphine

MAIS !
Forte de mes bonnes résolution, je décide de ne pas laisser passer ce manquement aux règles en bloquant mon Instagram (ce qui ne faisait que postposer d’une semaine l’établissement du NO contact, finalement).
C’était sans compter sur son ego démesuré.
QUOI ? Moi, son agréable petit passe-temps osait interdire à sa grandeur le plaisir de son espionnage passif ?
Ben oui.
Résultat des courses : blocage/suppression sur Facebook (nananère, j’ai envie de dire).
Oui… Ce mec a passé 40 ans mais réagit comme un enfant de 12 ans…
En un mot comme en cent, ça allait un peu compliquer mon beau scénario.

Dernier cours
D’une frustration totale…
Mutuelle ignorance.
Petites piques sans importance.
Étalage narcissique de ses vacances.
Provocations auxquelles je ne répondrai pas.
Et soulagement final quand ce gros lâche prétend finalement ne pas pouvoir assurer sa deuxième heure de cours…

Je voulais te dire…
Alors, oui, j’aurais aimé une explication à mon départ annoncé.
Pas que tu me retiennes (j’en ai fait mon deuil il y a longtemps) mais un quelquechose.
J’ai aimé ce rêve que tu me proposais, ce personnage que tu as créé pour me plaire.
Mais aujourd’hui, il ne reste plus que toi et, de toi, je ne veux pas.
La seule chose que tu me laisses réellement, ça sera ce goût amer que ta simple vision provoque maintenant chez moi…
On a vécu des choses.
Mais c’est comme si nos mémoires ne les avaient pas imprimées.
Si un arbre tombe dans le désert est ce qu’il fait du bruit en tombant ?
Si il n’y a personne pour se souvenir de ces moments de vie, se sont-ils vraiment produits ?
C’est comme ça que je te quitte.
Je vais t’oublier un peu comme on se réveille des bribes d’un cauchemars.
En se demandant si tout ce qui s’est passé était bien réel.
Je m’en vais.
Je me sauve et je me sauve.
Tu as su toucher mon cœur à un moment donné mais tu n’auras pas ma peau.

Publicités

2 réflexions sur “Le jour d’après

  1. « Je vais t’oublier un peu comme on se réveille des bribes d’un cauchemars.
    En se demandant si tout ce qui s’est passé était bien réel.
    Je m’en vais.
    Je me sauve et je me sauve.
    Tu as su toucher mon cœur à un moment donné mais tu n’auras pas ma peau. »

    J’en ai eu les larmes aux yeux. Parfois si on n’y prend pas garde, ils ne sont pas loin de l’avoir, notre peau… Il faut beaucoup d’amour et de soutien pour s’en sortir après…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s