Lettre ouverte n°1 – Même si tu revenais (air connu)

RoseParfois, dans le No contact, ce qu’il y a de plus difficile, c’est de se dire que
nos questions resteront sans réponse,
que nos plaintes ne seront pas entendues,
que nous ne serons pas comprise,
pas prise au sérieux.

Ok.
S’en rendre compte, c’est déjà bien.

Mais je pense qu’on peut encore faire mieux !
Pourquoi garder sur le cœur quelque chose dont on peut aisément se débarrasser…
Ces scénarios qui nous polluent la tête ?
Ces cris que l’on a trop longtemps réprimés ?
Ces bonnes réparties qui nous ont manquées le jour J, l’heure H ?

Oui, écrire, pour les autres, c’est les informer.
Écrire pour soi, c’est se débarasser d’un poids.

Je me lance :

Lettre ouverte n°1 – Et même si tu revenais
Je suis assez surprise que tu me recontactes alors que j’ai été très claire la dernière fois.
Dois-je être plus explicite ?
J’ai bien aimé l’image que tu me proposais, la relation telle que tu la présentais.
Tu m’as vraiment vendu du rêve.
Et ça a été sympa le temps du sommeil.
Mais là, je me réveille et tout ce que je trouve devant moi, c’est toi.
Et, ce dont je suis sûre, c’est que JE NE VEUX PAS d’un type comme toi.
J’ai goûte peu le mensonge, les petites bassesses et la manipulation gratuite.
J’ai peut-être eu trop longtemps l’apparence de la fille qui avalait tes salades…
Ou est ce que ton ego t’a aveuglé pour cela aussi ?
Pourtant même toi… Au bout d’un moment… Tu aurais pu te poser des questions sur ma résignation, non ?
L’avantage, quand les gens te prennent pour une parfaite idiote, c’est que tu as encore le loisir de les surprendre.

Bien sûr que j’ai eu de la peine… Le temps de la désillusion.
Mais, il faut se rendre à l’évidence, l’emballage a toujours été ce que tu avais de mieux à présenter.
Tu n’as rien à offrir de plus, le cadeau est vide.
Je suis restée quand-même.
J’ai mis du temps à croire que tu étais finalement aussi noir qu’on avait pu te décrire.
Que, dénudé de tous ces mensonges qui t’auréolent, tu n’as vraiment rien pour toi.
Toi qui te plaignais qu’on ne te dépeignait que sous ton plus triste aspect, tu vaux encore bien moins que ça.

Cependant, même les meilleures comédies ont une fin.
La farce a été amère mais c’est plus mon ego que mon cœur qui a été blessé.
Je n’ai perdu que du temps avec toi…
Si certaines ont perdu mariage, argent, espoir,… Je pense que je m’en tire à bon compte !
Je t’ai donc quitté sans regret.
Et non, si tu te poses la question, tu ne me manques pas.
Tu as un peu vite pensé que je n’étais « pas assez aimée », « que je n’étais pas à ma place dans ma vie »,…
L’idée m’a peut-être traversé l’esprit.
Un court instant.
Mais, en fait, à côtoyer la fange, on se rend mieux compte à quel point on pouvait être chanceuse, à quel point ce que l’on avait était merveilleux.
Je te remercie pour ça : si tu ne m’avais pas autant baladée, je ne me serais peut-être jamais rendue compte à quel point mon mari tenait à moi, essayait de me combler dans tout ce qu’il faisait, pensait à moi, … m’Aimait tout simplement.
L’amour vrai… Je regrette que tu ne puisse jamais connaître ce que c’est.
Et en même temps, considère ça comme un retour de karma.

Alors non, c’est impossible de garder le moindre contact avec toi.
Non pas que ta vision m’est trop dure à supporter, loin de là.
Mais tu t’embourbes dans une vase dans laquelle je ne veux pas tomber.
Je ne suis pas comme toi.
Je n’en ai pas la moindre envie.
Si je pouvais citer Valmont, je te dirai : « Adieu, mon ange, je t’ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret ».
Oui. Ce sont les liaisons dangereuses.
Ca te surprendra peut-être, mais moi, je connais et apprécie les livres que je prétends avoir lus…

Publicités

2 réflexions sur “Lettre ouverte n°1 – Même si tu revenais (air connu)

  1. Chère Séraphine,

    Effectivement, le No Contact est la SEULE et UNIQUE façon de se protéger d’un pervers narcissique. Tant qu’il demeure un lien, il a encore le contrôle sur sa victime. Tout ce qui l’intéresse est d’avoir une poupée sous la main. Quand je dis « poupée », c’est bien au sens jouet du terme. Ce que le PN veut, c’est être au centre de l’attention, que ce soit en positif ou en négatif.

    Il faut couper les ponts et ne plus jamais regarder en arrière. Peu importe la difficulté. Renouer contact avec un individu aussi froid émotionnellement qu’un zombie est très dangereux pour la santé mentale de la victime. Son départ n’est pas une perte. Au contraire, c’est une bénédiction !

    Quand on soulève le voile d’un pervers narcissique, la réalité est souvent assez minable et totalement mortifère. Aucun intérêt à demeurer dans cette ambiance pleine de mensonge, de manipulation et de perversion.

    Aimé par 1 personne

  2. Tout à fait…
    C’est un peu comme la pub : « Publicité, bonne ou mauvaise, est toujours bonne à prendre ».
    C’est dans cette optique que j’arrive à tenir mes bonnes résolutions, AUCUNE ATTENTION DE MA PART.
    Ni liens d’amitié (auxquels il semblait vouloir tenir à tout prix), Ni velléité de vengeance.
    Rien.
    Je te sors de ma vie comme tu y es rentré.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s