Confidences de Sidonie (partie 2)

Suite des confidences de Sidonie (à lire ici et ici)

Je dois bien dire que cette histoire m’effraie…
Je suis tiraillée entre l’envie de lui envier cette belle histoire d’amour (on se comprend, les belles histoires sont toujours enviables :p) et la peur de la voir s’empêtrer dans des filets encore invisibles pour elle.
On n’ouvre jamais les yeux des gens.
Non.
On est responsable que de soi-même… Alors je me contente de garder le mien ouvert !
Je ne peux que te donner des conseils et t’exhorter à la prudence.
Et c’est bien parce que tu es mon amie et que je tiens à toi que je ne te dirai pas quoi faire… Tu connais mon point de vue.
Mais si – par malheur – tes vœux ne se réalisent pas, je serai là.
Je suis mieux armée pour t’épauler, à présent 😉

Confidences (partie 2)

La vie se poursuit, mes rêves et mes espérances aussi… La mélancolie succède à la joie, la joie à la mélancolie, ainsi défilent les jours : certains sont beaux et lumineux, d’autres sont moroses et taciturnes, selon l’humeur et le psychique du moment.

J’ai revu récemment l’homme que j’avais rencontré à Paris… Son parcours est complexe et douloureux, son passé mystérieux, sa vie n’est qu’une longue errance à travers des chemins labyrinthiques. Il ne semble pas trouver la sortie qui lui apportera l’apaisement et le bonheur. Curieusement j’apprécie sa compagnie, sans doute en raison de la gentillesse qu’il me témoigne, et de sa sensibilité. Il se donne une contenance, mais au fond je décèle qu’il est beaucoup plus fragile que moi. Depuis longtemps, j’ai appris à gérer ma vie, à établir les choix qui me conviennent les mieux. Avec force et ténacité, je me suis toujours rendue au cap que je m’étais fixée. Et c’est précisément en ayant conscience de ce point que je me mets en garde. Si j’ai pu réaliser des études, voyager, déménager, et satisfaire dans mon travail, il en est tout autrement dans une relation amoureuse. Tout comme soi, l’homme que l’on aime est libre de son destin, il fera des choix bons ou mauvais, il aura des attitudes et des réactions adéquates ou non. Et notre rôle n’est pas d’intervenir pour modifier un comportement, qui nous semblerait plus opportun. J’assiste donc en spectatrice à un être en train de chavirer, mais qui développera peut-être des ressources pour revenir à la surface. Après maintes réflexions et un travail sur moi-même, j’en arrive à ce constat : n’essayez jamais de changer quelqu’un, vous n’y parviendrez pas. Il ne changera pas non plus pour vous satisfaire, ce serait d’ailleurs nier son identité. La vraie question est donc de savoir si vous souhaitez que cette personne, que vous aimez par amour ou amitié, entre dans votre vie. Quels risques vais-je prendre en partageant son quotidien et ses souffrances ? Est-ce que je me respecte dans la relation que j’instaure ? Ai-je plus de satisfactions ou de souffrances ? Les réponses à ces questions objectives aident en général à prendre une décision. La mienne est de ne pas m’engager dans une vie de couple avec ce jeune homme, que j’aime pourtant à ma manière.

Et c’est là qu’il faut approfondir le sujet, car les choses se compliquent lorsque vous savez qu’une relation de couple ne vous conviendrait pas mais que, pourtant, vous aimez sincèrement cette personne… Vous ne souhaitez pas vivre en permanence avec lui, vous ne voulez pas que cet homme occupe tout l’espace de votre vie car son passé et sa tristesse envahissent trop son psychique et donc la vie que vous mèneriez avec lui.

Cet homme à qui je voue de l’affection, je voudrais lui apporter des petits moments de bonheur et du réconfort. Attention les voyants sont au rouge !! : Le syndrôme du Sauveur n’est plus très loin !! Etre capable d’empathie, voire même de compassion, est humain et honorable. Mais une relation ne peut être fondée uniquement sur le fait de lui tenir la main pour éviter qu’il ne tombe dans le précipice. Je tomberai avec lui à coup sûr. Et dans le fond, est-ce juste et normal ? NON, je ne suis pas responsable des maladresses de son passé, je ne suis pas à l’origine de ses faux pas, qui lui causent aujourd’hui angoisses et amertumes. J’aurai agi autrement, j’en suis certaine, face à des situations identiques. J’aurai usé de diplomatie et de tact pour obtenir la victoire et devenir meilleure, là où il n’a emprunté que la voie de l’énervement, de la colère, et de la défaite. Nous sommes les choix que nous avons faits.

Alors, nos différences doivent-elles mener à un renoncement de connaître l’Autre face à soi ? ; En raison de son passé, doit-on exclure de passer du temps avec une personne pour qui l’on éprouve de l’amour et de l’affection ? Non, si vous évaluez que votre relation ne comporte pas de dangerosité pour vous-mêmes. Ne laissez pas une personne vous corrompre, ne faites pas ce qui est contraire à votre cœur ou au bon sens, ne la laissez pas vous engager dans une voie mortifère, n’acceptez pas de sacrifices qui pourraient être lourds de conséquences, en résumé ne dites pas oui si votre instinct dit non.

Si la relation vous semble saine et sans danger, il s’agit avant tout de passer d’agréables moments en sa compagnie, et que tout se fonde sur un échange tendre et complice. Mais alors s’agit-il d’amour ou d’amitié ?? Dans mon cas actuel, j’ai le sentiment qu’il s’y trouve un curieux mélange des deux façons d’aimer. Humm, décidemment, la vie humaine est bien déconcertante.

Je dirai alors de savourer chaque étincelle, chaque sourire, chaque moment de bonheurs. Gravez-les dans votre mémoire et votre cœur ! Etre capable de donner de l’amour et de la tendresse est la plus belle chose qui soit au monde. Si vous savez aimez tout en respectant l’Autre, la vie vous apportera beaucoup de sérénité, de joies et ouvrira la porte à de belles rencontres. La sagesse consiste, selon moi, à aimer en conservant sa lucidité, et sa clairvoyance.

Pour celles qui recherchent la rencontre décisive, je vous propose la chanson « Love etc. » de Charlotte Gainsbourg ☺

Jeune femme au physique pas si mal,
Née d´un mariage international
Les yeux noisettes, le teint clair
Dans deux pièces, célibataire
Depuis un bail

Jeune femme en état quasi neuf
Tout juste 25 ans au compteur
Deux, trois éraflures à fleurs
De cap O
Voudrait repartir à zéro

Love, love, love es-tu là
Love y es-tu?
Love, love hé me voilà
Tu n´m´attendais plus

Toi, sans moi, c´est pas la peine
Des histoires à la petite semaine
J´en ai fait le tour
Rien ne vaut l´amour
Love, etc.

Jeune femme pas vraiment fixée
Sur le type d’articles proposés
Prix d’occas’ ou prix d’ami
Bonne affaire sans garantie
Ça va, merci !

Jeune femme bien sous tous rapports
Bonne à l’ouvrage, dure à l’effort
Cherche l’âme sœur, l’âme fort
Le grand redresseur de travers
Et de tords

Love, love, love es-tu là ?
Love y es-tu ?
Love, love, hé me voilà

Tu n’m’attendais plus
J’ai fait l’premier pas
Maintenant débrouille-toi
Love, etc.

Jeune femme un peu refroidie
J’la voyais bien au chaud ma vie
De tentatives en tentations
De dérives en dérisions
J’ai pas dit non

Love, love, love es-tu là ?
Love y es tu ?
Love love hé me voilà
Love etc…

Publicités

2 réflexions sur “Confidences de Sidonie (partie 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s