L’heure du bilan ?

RoseJe ne parle pas (encore) du mien ici mais plutôt de celui de deux nanas formidables qui font, sans le savoir, un sacré boulot.

Il y a quelques mois d’ici – même si j’ai l’impression que cela fait des années, voire une vie entière – j’étais vraiment arrivée à ce qui me semblait être le bout de ma vie.
Le désespoir.
Le fond du trou.
Mon quotidien se partageait entre honte, colère et amertume.
Je m’étais « faite avoir par un connard ».
Le fait de l’avoir quitté moi-même ne semblait rien devoir y changer.
J’étais en plein gâchis sec de mon temps.
Révoltée.
Survoltée.

C’est à ce moment-là que, aiguillée par Google, je suis tombée sur le site de Scarlett.
J’ai dévoré ses écrits. Je me suis retrouvée dans les témoignages de ses lecteurs. J’ai suivi ses conseils.
Et, tout à coup …
Je n’étais plus seule mais épaulée.
Je n’étais plus honteuse mais combative (je suis définitivement convaincue par le NO CONTACT).
Je n’étais plus une sinistre gourdasse naïve mais la victime d’un manipulateur odieux.
Bref, je suis passée d’une attitude passive à une attitude active (voire pro-active) face à la détresse dans laquelle m’avait plongé mon PN.
INFORMATION – PARTAGE – MISE EN PLACE DE STRATÉGIES D’ÉVITEMENT
Mon trio gagnant.
Je suis fière de pouvoir dire que je m’en sors un peu mieux chaque jour.
Au départ de son feu de paille, j’ai créé un incendie mais c’est à Scarlett que je dois l’étincelle.
« L’incendie sinon rien », c’était mon unique condition.

La deuxième personne à m’avoir inspiré (et une des premières à m’avoir accueillie sur le blog) c’est Lumière.
Et j’ai été heureuse pour elle en lisant son bilan à la suite de celui de Scarlett.
Je n’ai ni sa douceur dans l’écriture, ni son altruisme alors, évidemment, je me braque un peu quand je lis qu’elle remercierait presque son PN pour les choses qu’elle a appris sur elle-même… Mais je respecte ce point de vue.
Si je dois prêcher pour ma chapelle, je ne le remercierais de rien.
Je me connaissais avant, je me connais de manière égale maintenant.
Cependant, si je dois me féliciter (et non pas LE féliciter) d’une chose, ça aura été pour ce blog.
De cette expérience néfaste, j’ai l’impression d’avoir su en faire ressortir du bon.
Pour vous informer, oui.
Tenter de vous mettre en garde, parfois.
Mais surtout, pour avoir pu illustrer avec des exemples simples, des enchevêtrements complexes et des techniques de manipulation bien éloignées de nos modes de vie, à nous, les « hyper-empathiques ».

Alors les filles, j’ai envie de dire, bravo à vous !
Continuez à partager et à faire vivre cette communauté solidaire dont je suis très fière de faire partie.

A lire :
Survivre à l’abus narcissique, https://leperversnarcissique.wordpress.com/2015/10/20/le-blog-a-1-an/
La lumière effraie les vampires, https://lalumiereeffraielesvampires.wordpress.com/2015/11/01/lheure-du-bilan-apres-avoir-vu-les-quatre-saisons-defiler-une-fois/

PS : Si vous tenez un blog, un groupe, une page Facebook sur ce sujet, pourquoi ne pas le présenter en commentaire ?
Chacun/chacune a certainement sa pierre à porter à l’édifice anti-personnes toxiques
😉

Publicités

Une réflexion sur “L’heure du bilan ?

  1. Bonsoir Séraphine,

    Je suis touchée par ce que tu écris à propos de moi. Le fait que tu penses que je fais quelque chose d’utile de mon expérience.
    Et contente que tu aies lu mon bilan et qu’il t’ait inspiré une partie de cet article. C’est vrai que je l’ai fait à la suite de celui de Scarlett, qui m’a lui-même un peu inspirée ^^ De temps en temps, ça fait du bien de vider son sac en écrivant.
    Oui, le principal, c’est de trouver ce qu’il y a de positif dans notre propre vécu, et cela diffère pour chacun 😉 Pour ma part je suis très optimiste, je n’aime pas juger trop souvent et je sais pardonner jusqu’au pire. Sans oublier quoique ce soit bien sûr, pardonner mais avancer, rester ferme et intransigeante vis-à-vis de lui et des autres dans le sens de fixer mes limites. C’est essentiel.
    Tu parles de « nous, les hyper-empathiques », ce terme fait écho en moi. Je ne peux que comprendre ce que cela implique. C’est une des raisons pour laquelle nous sommes tombées sous l’emprise d’un pn, d’ailleurs, car les pn jouent de ce débordement d’amour qu’on a en nous.
    Mais on peut très bien vivre avec ça et apprendre à faire respecter nos limites 🙂

    Bonne nuit.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s