A l’année prochaine !

RoseSi je ne devais vous souhaiter qu’une seule chose pour cette nouvelle année qui se prépare… Je fais le choix de la passion !
Qu’elle soit présente dans tout ce que vous faites.

– Puissiez-vous trouver un travail qui vous passionne pour ne jamais avoir l’impression de travailler,
– Accordez-vous le temps de vivre vos passions quelles qu’elles soient (de la peinture ? de la musique ? du sport ?),
– Soyez passionné et donnez envie à vos amis et à votre famille de croquer la vie comme vous aimez, vous, la manger,
– Ne vous effrayez jamais de vos passions. Quand on ne sait pas que c’est impossible, on ne doit pas s’empêcher d’essayer,
– Aimez avec passion. Tout entier. Tout entière. Aimez sinon Rien.

Le passé est derrière nous, le futur est toujours incertain, il n’y a jamais que le présent qui se vit

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens – Chapitre 13

01 J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.
02 J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.
03 J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.
04 L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ;
05 il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ;
06 il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;
07 il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.
08 L’amour ne passera jamais.

 

cropped-11079651_10153906351609848_4450128956838510133_n.jpg

Publicités

Coming soon…

RougeAttention, il y a du TEASING !

Je vous annonce la mise en ligne toute prochaine d’un podcast audio sur le thème de la perversion narcissique auquel j’ai eu le plaisir de participer.
Une chose est sûre…
Il y a du courage, de l’humour, du caractère et de la persévérance dans nos témoignages de « victimes ».
J’espère donc avoir bientôt le plaisir de vous présenter Aurélie, Maëva, Sonia, Lucille et Seb dans un prochain post !

2015-06-07 16.38.58

Refuser de se taire en 7 bonnes raisons

Rouge

Hier, Scarlett postait un article hommage à ceux qui « osait parler » de leur expérience face à la manipulation narcissique…
(Et comme je me sens un peu concernée… J’ai d’abord envie de dire… Merci)

En effet, nombreuses sont les raisons de se taire et de cacher son mal être : le déni, la honte, la colère, la peur des représailles,…
N’en faites rien !
L’isolement dans lequel ce type vous plonge, les menaces,… Tout ça fait AUSSI partie de son plan de destruction.
Arrêtez de jouer. Refusez de jouer.

Pourquoi il est important de s’exprimer ?

1. La distanciation
J’en parlais dans un très vieil article, l’écriture est salvatrice, tout d’abord parce qu’elle permet d’installer une saine distance entre ce qui est arrivé et nous-même.
En racontant notre histoire (peu importe les moyens utilisés), nous ne sommes plus acteurs de la relation mais narrateur de celle-ci.
En bref… On adopte un regard neuf sur ce qui s’est passé.
Moins impliqué émotionnellement, il devient un peu plus facile de prendre du recul sur les évènements et de pouvoir les décrypter autrement.

2. Pour nous… Pour les autres…
Partagez votre expérience. Rendez-la utile.
Non.
Ce n’est pas un désastre intersidéral qui va vous suivre toute votre vie comme deux boulets dodus aux pieds d’un fantôme pâle et tremblotant qui fait « ouuuuuh ouuuuuh ».
Non.
C’est une fabuleuse opportunité de faire le bien autour de vous en transformant cette liaison sordide en « récit de survivante », en exemple de remontage de pente express…
(Oui, je suis dans la team verre à moitié plein)

3. On ne joue plus
Ne tombez pas dans le piège de la honte ou dans celui de la peur.
Un PN n’est pas un surhomme… C’est même plutôt quelqu’un de limité, souvent en manque d’attention et de confiance en lui, dont le seul talent est celui de repérer les faiblesses d’autrui pour pouvoir le manipuler.
Un couard. Souvent trop préoccupé par son image sociale pour oser une confrontation directe (et dieu sait que j’en ai eu des menaces…).
Refusez de jouer à ce jeu-là.
Sortez de l’emprise et de la dépendance dans lesquels il vous maintient.
Vous êtes plus forts, plus fortes, que lui.

Capture d’écran 2015-06-06 à 00.32.24

4. Non, on est pas seul !
Et on est même une communauté plutôt aimante et sympathique !
Hyper-empathique, très à l’écoute, prompte à conseiller ou à consoler et composée de gens brillants…
* Wink Wink*

5. Ce qui est sur papier/écran ne traîne plus dans la tête
Libérez-vous !
Profitez de l’effet « nettoyage de printemps ».
Allégez-vous le cœur, peu importe la manière de le faire : poèmes, chansons, lettres ouvertes, blogs, journaux intimes, écritures, calligraphies, dessins,…
Gardez votre esprit libre pour de jolies choses et le cœur ouvert aux nouvelles rencontres (quelles qu’elles soient).

Capture d’écran 2015-06-10 à 18.17.30

6. Reconnaître le préjudice
Écrivez-le. Ouvrez les yeux.
Ce mec est un sinistre personnage, un moins que rien, une personne toxique, un poison, un être sans foi ni loi, quelqu’un de cruel, de froid, de mauvais BREF de foncièrement méchant.
Osez dire que vous vous êtes faites avoir – non pas par plus malin – mais par plus mauvais que vous.
C’est un malade mental.
Vous êtes une victime.
Vous avez le droit de galérer à vous en remettre, de craquer parfois, de vous remettre en question parce que OUI cette relation a été un traumatisme.
Non, vous n’en faites pas trop.

7. Une piqûre de rappel
Ce qui a été écrit ne peut être effacé…
Peut-être que dans les moments de doute, vous serez heureux de relire vos propres mots et de vous remémorer pourquoi vous en êtes là, pourquoi vous vous battez et pourquoi c’est important de ne pas laisser revenir ce triste personnage dans votre vie.

 

Rester debout…

Invictus

Dans les ténèbres qui m’enserrent
Noires comme un puits où l’on se noie
Je rends grâce aux dieux, quels qu’ils soient
Pour mon âme invincible et fière.

Dans de cruelles circonstances
Je n’ai ni gémi ni pleuré
Meurtri par cette existence
Je suis debout, bien que blessé.

En ce lieu de colère et de pleurs
Se profile l’ombre de la Mort
Je ne sais ce que me réserve le sort
Mais je suis, et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin
Nombreux, les châtiments infâmes
Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley (1843-1903)

Capture d’écran 2015-06-10 à 18.24.12

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of fate
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Lâcher prise

Un petit poème pour une fois …

ATTENDRE

Un appel qui ne vient pas,
Une personne qui ne revient plus.
Une lettre qu’on ne reçoit pas,
Un enfant qu’on ne voit plus.
Une jeunesse qui n’est plus là,
Un amour qui semble perdu.

Tu t’attardes à faire revivre
Ce passé qui demande à mourir.
Et tu perds ton temps à retenir
Une illusion qui te fait souffrir .

Arrête de t’enfuir dans tes souvenirs
Et de faire vieillir ton avenir.
Il est temps de te ressaisir,
Et à nouveau,
tu te dois de revivre.

Laisse au présent la chance de te séduire,
Et au futur le bonheur de t’épanouir.
Tout ce que la vie a de beau, elle va te l’offrir.
Il suffit de lui sourire et de t’ouvrir.

Le chemin pour y parvenir
Est de lâcher prise, ne plus retenir..
Laisser aller, afin de grandir.
Et à nouveau tout accueillir.

Richard Migneault

Phase 1 : L’attente

L’Amour, le vrai, ne s’attend pas. Il se vit.
Si vous commencez à L’attendre, à faire vos compromis seul, à vous sentir en dehors de votre vie, dépossédé de vos amis et de votre personnalité.
N’attendez plus.
Fuyez.
On ne vit pas dans l’attente de l’Autre.

Un appel qui ne vient pas,
Une personne qui ne revient plus.
Une lettre qu’on ne reçoit pas,

Un amour qui semble perdu.

Chaque manque est une attaque.
Chaque défection est une arme.
Chaque désertion est une blessure qu’Il Vous inflige.

Phase 2 : La prise de conscience

Tu t’attardes à faire revivre
Ce passé qui demande à mourir.
Et tu perds ton temps à retenir
Une illusion qui te fait souffrir .

On ne construit pas sur du sable…
On ne construit pas une relation (de couple) quand on est seul…

Phase 3 : L’action (le NO CONTACT) après la léthargie

Arrête de t’enfuir dans tes souvenirs
Et de faire vieillir ton avenir.
Il est temps de te ressaisir,
Et à nouveau,
tu te dois de revivre.

Revivre…
On se le doit à nous-même.
A personne d’autres.

Phase 4 : Le lâcher prise

Laisse au présent la chance de te séduire,
Et au futur le bonheur de t’épanouir.
Tout ce que la vie a de beau, elle va te l’offrir.
Il suffit de lui sourire et de t’ouvrir.

Le chemin pour y parvenir
Est de lâcher prise, ne plus retenir..
Laisser aller, afin de grandir.
Et à nouveau tout accueillir.

Le présent, c’est maintenant !
Il nous ouvre ses bras…
Le passé est inchangeable.
Alors à quoi bon ?

🙂

PS : Je vais bien… Tellement bien…
Je vous envoie des bonnes ondes optimistes ❤