Plus jamais ça

Bleu(Suite de l’article Du bon usage de vos relations toxiques)

Il y a eu ce mardi.
J’avais mis du temps à trouver le cadeau idéal pour ton anniversaire.
Commandé. Attendu. Reçu.
Je trépignais de voir ce demi-sourire sur ton visage. De t’entendre dire que j’étais vraiment impossible…
J’ai pris congé.
Je suis allée le chercher. J’ai laissé la vendeuse l’emballer de 1001 coccinelles parce que je suis incapable de faire un paquet décent.
Bricoler, par contre, ça me connaît. J’ai confectionné deux petits marque-pages en forme de renard pour garder tes pages. J’ai écrit deux lettres sur mon plus beau papier. J’ai laissé l’empreinte de mes lèvres rouges sur l’une d’entre elles. Il y avait du « je t’aime » et du « reviens-moi, tu me manques déjà » dans mes mots…

La journée avance… L’impatience grimpe même si il est doux-amer. C’est une dernière soirée avant une plus ou moins longue séparation.
Et un message anodin.
Capture d’écran 2016-06-30 à 15.51.54
Vient tout balayer…
Encore…

« Je n’aurai pas le temps de tout terminer »
« Mais si enfin… C’est notre dernière soirée »
« Mais non lol »

Il y a des jours où je me balancerais des bulots dans la tronche pour être aussi conne.
[Crudité inside OFF]
Quand je rejoue la partition de notre « amour », c’est moi que je vois planifier, anticiper, me faire jolie, faire des gâteaux, préparer de petites attentions,… C’est encore moi que j’entends consoler, rassurer, recueillir les confidences, motiver et encourager…
Comment ai-je pu accepter aussi longtemps cette relation à sens unique ?
« Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort »
Rien de plus faux…
Je porte au cœur chacune des blessures qu’il m’a infligée.
Chaque incompréhension de ma part qu’il a balayé d’un rire moqueur,
Chaque heure de retard pour un message ou un rendez-vous,
Chaque « je t’aime » oublié,
Chaque sourire triste quand « il ne pouvait pas me dire ce que je voulais »,
Chaque retournement de vestes,
Chaque fausses excuses,
Chaque abandon,
Chaque baiser qu’il manque…

Et pourtant, j’ai trouvé des excuses à sa distance, à son indifférence et à sa méchanceté même parfois…
Comment aurais-je pu accepter d’être – encore une fois – retombée dans ce même piège ?
Moi qui ai les yeux ouverts depuis un an ?
Est ce qu’on peut vraiment guérir de ce type de blessure où suis-je condamnée à voir s’engouffrer tous les connards de la terre dans cette plaie béante qui semble ouverte sur mon cœur ?

Mais heureusement…
HEUREUSEMENT
Je suis riche de cette expérience.
Plus jamais ça. Je ne laisserai plus jamais ce genre de situation toxique s’installer.
Même si, encore une fois, je ne connais le salut que dans la fuite…
Au moins, cette fois-ci, le respect de moi-même prend un peu plus vite la raison sur quelques vieux souvenirs que j’ai dû édulcorer avec le temps…

Si vous me lisez, ne désespérez pas…
Oui, on peut trébucher.
Encore.
Mais la véritable chute, ça serait encore de rester à terre.

Je te déteste pour avoir semblé m’aimer si fort avant de me laisser partir sans un regard.
De notre « histoire » il ne restera qu’un paquet jamais offert et qu’un « chaton » écrit dans le sable qui s’efface sur une plage du bout du monde…
Mais si je te laisse en arrière, moi… Je continue d’avancer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s