Et t’oublier…

RougeJ’ai eu, récemment, une looongue discussion avec l’une (et l’un ?! Oui, ça arrive…) d’entre vous sur les différentes manières de se reconstruire, d’oublier et de repartir du bon pied après une relation toxique.
On a déjà parlé de deux ou trois choses ici (écrire, s’informer, prendre conscience, s’entourer,…) mais, à la lumière de ma dernière « relation »,  je pense que ça pourrait être sympa de revenir sur quelques points de la reconstruction post-rupture.
Mon dieu que ce préambule est sérieux…

Phase 1 : Cry baby, cry baby
Vous avez cru à ses belles paroles, vous avez aimé être à son bras, vous avez une bibliothèque rose de souvenirs tous aussi roses bien fournie et PAF. Tout se casse la gueule.

Alors soyons clairs. Que la rupture se soit bien ou mal passée. Qu’elle soit passive ou active (et si vous vous débarrassez de votre relation toxique en ce moment-même, GG à vous !). Qu’elle se fasse d’un « commun accord » ou dans les cris. Dans le sang ou dans le chamallow. Romantique ou roman de gare…
UNE RUPTURE FAIT MAL
Oui
Elle blesse les sentiments, elle prive d’un futur fantasmé (et évidemment idéal), elle brise l’égo, stoppe nette les possibilités,… BREF c’est la loose.
Vous avez donc le droit de pleurer, de rester au lit, de crier, de casser des tasses (mais pensez à l’après… Visez les plus moches), de maudire, de médire, de mendier,…
Pendant un certain temps.
Il sera long pour certains. Moins long pour d’autres. Peu importe. On ne se fixe pas d’objectif.
On se prend un 36 tonnes dans la tronche… On ne peut pas vous demander d’arrêter de saigner.

Phase 2 : On se recentre sur soi-même
Vous vous êtes lancée de bonne foi dans une relation que vous ne saviez pas toxique.
Les débuts ont été hauts en couleurs. Intenses. Passionnés.
Mais ne nous voilons pas la face. Ces derniers mois, vous avez passé votre temps à l’attendre, à faire des compromis, des concessions, à pleurer, à souffrir,… C’en était trop.
Aucun bon souvenir, fut-il excellent (Ah ah futil… Jeu de mot… Ok… Je sors), ne cautionne ces loooongs jours passés à attendre que votre téléphone sonne, qu’il vous adresse « le regard »ou qu’il vous dise un petit mot gentil.
AUCUN.
Pour qu’il y ait relation, il faut deux personnes sur le même pied d’égalité.
Hé oui.
Il est donc probable que vous ayez rompu bien avant la rupture officielle.
Respirez un grand coup, il est temps de penser à vous.
Oui… A vous… Vous vous souvenez? Votre petit moi?

Par curiosité, faites le calcul et rendez-vous compte
– du temps de qualité passé avec lui
– du temps bien bien pourri passé avec lui (engueulades, reproches, concours de lancer d’assiettes, dissertations sur la meilleure manière de prendre un castor en photo (true story), problème de plomberie, sa mère, …)
– du temps où vous avez pensé à lui
– du temps passé à faire des choses pour lui (cuisiner, confectionner un cadeau, trouver un bon plan,…)
– du temps où vous avez pleuré pour lui
– du temps où vous l’avez attendu
– du temps dépensé en vain pour maintenir la relation
– du temps où vous avez fait des efforts pour lui être agréable (choisir de la lingerie, le caresser dans le sens du poil, écouter ses problèmes,…)
– …
Mais vous êtes où vous là-dedans ?

Alors, c’est le moment. Sorties entre copines. Thalasso. Faire la fête. Un nouveau livre. Une nouvelle série. Peu importe !
Vous avez retrouvé le loisir d’avoir des loisirs.
Alors oui, je sais, tout cette liberté d’un coup… C’est… Effrayant.
Mais vous verrez, il n’est jamais trop tard pour se découvrir de nouvelles passions.

Phase 3 : Faites des listes – Écrivez – Prenez de la distance – Oubliez
Qui n’a jamais écrit cette bonne vieille liste exutoire des 1001 choses que je déteste chez lui ? Sale. Vilaine. Pas toujours très objective mais ô combien jouissive…
Le principe est le même ici mais on va aller chercher la petite bête. On pousse plus loin les revendication personnelle pour étendre le concept à la relation elle-même.
Exemple : Je déteste :
– Son accent de paysan.
– Le fait que mes histoires perdent tous leurs intérêts si un faisan déboule sur le bas-côté (Oh un faisan ! … ).
– Que tu ne fasses pas la différence entre suffisance et confiance en soi.
– La photo… Je m’en fous, je m’en fous, je m’en fous mais je m’en fous tellement (Et c’est tellement bon de le dire). J’ai pas d’avis objectif à te donner parce que je m’en fous. J’y connais rien en photo. Je m’en tamponne de la photo.
– Cette obsession pour tes cheveux. Quand ton implantation capillaire commence à la moitié de ton crane, rase tout et arrête de saouler les gens avec ça. Please.
Sale et vilaine vous disais-je… C’est tout moi…

Mais allons plus loin encore : Je déteste :
– Que tu ais pu penser que j’étais « à disposition ».
– Que tu ais systématiquement minimisé mes ressentis pour ne pas te sentir trop coupable.
– T’avoir excusé quand tu me manquais clairement de respect. Oui. Même si tu souffrais, même si la situation était compliquée. Près de toi, je suis un être une humain. Loin de toi, je reste ce même être humain. Les blessures en plus.
– T’avoir trop longtemps laissé penser que je ne me respectais pas assez pour te permettre de me traiter de cette manière.
– Avoir été faible devant toi.
– M’être sentie responsable de l’échec de cette relation (pas assez bien, jolie, intelligente,…) alors que tu n’étais pas disposé à nous accorder une vraie chance de renverser la vapeur.
– Chaque promesse non tenue, chaque parole en l’air, chaque mot doux que tu as sciemment « oublié » de me dire pour préserver ta conscience.
– Ta lâcheté. Dans absolument tous les sens du termes.
Je t’en veux d’être trop lâche pour me dire que tu m’aimes si tu le penses (ainsi que tu me l’as si souvent répété),
Je t’en veux de t’être laissé quitter comme un chien,
Je t’en veux d’être trop lâche pour espérer autre chose de l’existence qu’une vie rangée (métro – boulot – photo -dodo). Qu’elle ne soit rien d’autre qu’une check-list dont tu coches consciencieusement tous les points, peu importe les circonstances,
Je t’en veux d’avoir été assez faible pour ne pas refuser mes avances avant de te draper d’hypocrite culpabilité par la suite,
Je t’en veux d’être aussi lâchement conformiste et sensible à l’opinion que les gens ont de toi,
Je t’en veux pour n’avoir JAMAIS eu les couilles de me dire que c’était fini, … Parce que oui… Niveau couilles, on dirait bien que je suis bien plus pourvue que toi.
Enfin,
– Je t’en veux pour « l’espoir ».
Même à la toute fin. Incapable de me quitter. Incapable de me dire que c’était fini. Tu préfères me laisser dans le doute… Tu refuses de rompre le contact sur les réseaux sociaux. tu refuses de « me perdre ».
La vérité, mon cœur, c’est que je suis incapable de trancher pour savoir si tu me donnes cet espoir parce que je suis ton amour perdu ou ta roue de secours…

Phase 4 – Éloignez les tentations

Même si tu revenais
Je crois bien que rien n’y ferait
Notre amour est mort à jamais
Je souffrirais trop si tu revenais

Bien sûr… Tout n’a pas été noir.
Vous pourrez vous rappeler des bons moments. Quand ça ira mieux.
Mais ne vous leurrez pas… Les bons moments font partie du passé.
(Je parle en connaissance de cause, je l’ai quitté 3 fois)
On connait mille et une métaphore pour illustrer ce problème : le papier plié ne redevient jamais plat, ce qui a été vu ne peut pas être… euh… dévu ? (je vous l’accord, elle marche mieux en anglais celle-là), un verre cassé laisse passer l’eau…
Non les filles, non les gars. C’est fini.
Reprendre cette histoire, ça serait renouer avec le côté nul de cette histoire (doutes, engueulades,…) et cautionner le mal que vous vous êtes faits. Vous ne voulez pas de ça. Croyez-moi.
On est dans la vraie vie, pas dans un roman. On ne revient pas sur les pages que l’on tourne…

Alors comme avec nos bons vieux PN, ça sera NO CONTACT !
Pas de téléphone, pas de réseaux sociaux, pas de « dernière discussion », rien…
Et, j’irai plus loin encore, ce téléphone… Rangez-le loin… Loin..
telephone

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Et t’oublier…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s